octobre 26, 2021

L’apprentissage, et si on en parlait ? Episode n°3

L’apprentissage, et si on en parlait ? Episode  n°3
Après Thibault Pouplin et Corentin Murzeau ,
Julien Devaud est arrivé en 2014 chez LANDREAU SOURISSEAU
C’est en troisième qu’il découvre plusieurs entreprises. Il n’a pas mis longtemps a trouvé sa voie.
Le carrelage le séduit rapidement: «Avec le carrelage, on touche plus à l’art et au coté esthétique. Ça demande un travail de minutie. »
Personne dans son entourage ne travaillait pourtant dans le bâtiment mais Julien a apprécié qu’on le laisse faire ce choix de métier : « Il y a encore des parents qui n’encouragent pas leurs enfants à aller vers l’artisanat. »
Julien, lui, est fier de ce qu’il fait et surtout il sent de la reconnaissance dans son entourage : « Je ne me suis jamais senti dévalorisé d’être dans l’artisanat. Je donne des conseils aux copains. C’est un métier qui ne se perdra jamais. »
Si Julien a eu la liberté de choisir son métier, en bon Chambretaudais un seul sport s’est imposé à lui comme une évidence : Le Basket 😉
Il y jouait même en équipe première en national avant que la Covid ferme temporairement la salle de la Mariée. SSSP Chambretaud Vendée
« J’aime être en équipe, j’aime cette ambiance. » C’est d’ailleurs un peu grâce au Basket qu’il a trouvé son apprentissage chez LANDREAU SOURISSEAU.
« Je jouais en équipe U20 avec François le fils de Pascal, cogérant, mais je n’avais pas fait le lien au départ avec l’entreprise » : Les paniers marqués habilement ont permis de se faire recruter facilement 🙂
A l’entreprise, comme sur le terrain, Julien aime aussi l’ambiance et le travail en équipe. Et parallèlement au travail en entreprise, il continue de se former. Après son Cap Carrelage, il poursuit en plâtre pendant un an et obtient également en BP Carrelage,
Aujourd’hui, tout comme Corentin, il suit la formation de Responsable Technique pour avoir toujours plus de clés pour progresser y compris dans le domaine de la gestion. « Je n’étais pas très scolaire, j’ai pris la voie de l’artisanat et en me formant je peux aussi me projeter à l’avenir vers d’autres postes. »
Mais pour l’instant, Julien avoue, du haut de ses « presque 23 ans » qu’il préfère vivre l’instant présent avec des rêves de voyages avec ses copains. Parce que ce n’est pas un scoop : les voyages forment aussi la jeunesse ! 😆
Non classé
Share: / / /